Programme 2007 Expositions Expositions Catalogues Historique Partenaires Itinéraire Contact

Format Exchange
09/06/07 au 22/07/07

Stephen MAAS
Bernhard RÜDIGER
Sarah TRITZ



Pour l'exposition du printemps, La Suite propose à trois sculpteurs de se réunir sur un projet autour de leurs approches communes et de leurs différences. Stephen Maas, anglais, et Bernhard Rüdiger, italien de culture allemande, appartiennent à une même génération et ont déjà montré leurs travaux ensemble. Avec l’artiste française Sarah Tritz, la plus jeune du trio, ils entretiennent une correspondance régulière sur des questions artistiques.

L'exposition se définit comme une invitation à prolonger ce dialogue au quotidien dans un même espace, qui se transforme ainsi en laboratoire spécifique et en lieu de rencontre. Les interventions, qui s'articulent et connectent les salles, convergent tout en suivant leur logique propre.

La première salle accueille le visiteur avec une accumulation de sculptures. Les œuvres des trois artistes sont réactivées dans cet espace dense comme dans une archive des formes, un horizon serré où la diversité des processus de création laisse place à la forme inédite. Passé ce sas, le visiteur accède aux deux grandes salles de la Suite où plusieurs nouvelles œuvres des trois artistes prolongent ce dialogue.

Parmi ces œuvres, les grandes sculptures en céramique de Rüdiger et les petites statuettes en résine de Maas interrogent, chacune à sa façon, les rapports entre monumentalité et histoire. Alors que le premier prend pour objet l'une des icônes contemporaines du mal -les grandes capuches du Ku Klux Klan suspendues au plafond invitent le spectateur à y mettre sa tête- le second s'intéresse à la valeur des formes archéologiques quand elles sont dépourvues de leur matérialité originelle. Quatre petites sculptures, produits de masse de l’antiquité, ont été cronophotographié au Louvre et sont reproduites en résine à l’échelle un. Quelle est l’identité de l’objet s’il n’en reste que le « contour » ? À côté de ces pièces, la construction en parpaings de Sarah Tritz occupe une place ambiguë, il est tout aussi ruine que monument inachevé, apparition picturale et forme construite.


Retour
Voir plus